Le Loup nous rend visite!!!

Image

Viens à la rencontre du loup !!

Publicités

Duel au Soleil

img_3474.jpg

Duel au soleil de Manuel Marsol aux éditions de l’Agrume (20€)

Après un premier album remarqué « la Montagne »  aux éditions des Fourmis Rouges, l’auteur-illustrateur espagnol Manuel Marsol confirme son talent avec ce second livre illustré. C’est avec une palette aux couleurs chaudes qu’il nous plonge dans le Far-West mettant en duel un cow-boy et un indien.

 

Tel un  Western, la tension entre les deux protagonistes est palpable. Manuel Marsol joue sur des plans rapprochés dans lesquels il nous semblerait presque entendre les personnages marmonner . Les pages quasiment sans texte défilent comme les images d’un film quand, vient nous surprendre des comiques de situation mettant en suspend ces scènes haletantes.

IMG_3477

 

Un album qui puise sa force dans l’illustration, à nous lecteur d’imaginer le reste bruitage, musique et cela se fait tout seul. Un auteur prometteur à découvrir et à suivre.

 

A partir de 5 ans

Anne-Rozenn

 

Comité ados d’avril

 

IMG_3438

 

Un comité de lecture avec de nombreux coups de cœur!

Anne-Laure (17 ans) a lancé ce comité par « Paris est tout petit » de Maïté Bernard aux éditions Syros. Inès a trouvé un job de femme de ménage chez les Brissac. Entre Gabin le fils ainé de ses employeurs et la jeune fille, c’est le coup de foudre. Ils sont ensemble le soir de l’attentat du Bataclan, quand le pire se produit. Anne-Laure a été bouleversée par ce roman . Le rappel des attentats prend le pas sur l’histoire d’amour et lui a fait se souvenir où elle était et ce qu’elle faisait à ce moment là. Une part belle est donnée à la ville de Paris et suscite l’envie de la visiter.

Mattéo (15ans) est revenu sur sa lecture « The Hate U give » d’Angie Thomas aux éditions Nathan. L’ami d’enfance de Khalil est tué de 3 balles dans le dos sous ses yeux par un policier. Alors que la police cherche à enterrer l’affaire et que les gangs s’embrasent, Khalil veut faire entendre sa voix. Contrairement à toutes le bonnes critiques que Mattéo a vues, il n’ a pas réussi à rentrer dans l’histoire. Même si certaines situations d’injustice le révoltaient, d’un chapitre à l’autre il décrochait du roman. Il espère que l’adaptation en film sera plus prometteuse.

Diane (13 ans) a immédiatement accroché avec « La combe aux loups » de Lauren Wolk aux éditions de L’Ecole des Loisirs. 1943, Annabelle doit traverser la combe aux loups pour se rendre à l’école. Il y rode des créatures sauvages comme Betty, une petite peste et Toby , un marginal, vétéran de la première guerre, qui va être la cible d’attaques répétées. Diane a trouvé ce texte très réaliste. Un roman « triste » qui a su la toucher. Diane s’est ensuite engagée dans un roman fantastique « Les ombres de Julia » de Catherine Egan aux éditions Milan. Dans un monde où la magie est interdite, et les sorcières pourchassées, Julia a le pouvoir de se rendre invisible. Elle l’utilise comme espionne, car le crime paye. Une bonne lecture avec  de l’aventure qui a également séduit notre lectrice.

Elisa (14 ans) a lu « La course aux bonheur » de Maggie Lehrman aux éditions Casterman. Suite au décès de son petit ami, Ari fait appel à une hékamiste, pour effacer de sa mémoire tout souvenir de lui. Seulement  les sorts amènent toujours des effets secondaires. Ari en fait les frais tout comme ses amis qui ont également fait appel à cette hékamiste. Bien que les hékamistes n’existent pas, le roman  a paru très réel à Elisa. Une belle écriture où les sentiments des personnages sont biens décrits.  Elisa a poursuivi avec la réédition de « La déclaration » de Gemma Malley aux éditions Hélium. 2140, la population est devenue immortelle. Face à la surpopulation, une loi interdit d’avoir des enfants. Anna fait partie des surplus, des enfants dont  les parents ont défié la loi en  les mettant au monde. Elle vit dans un pensionnat avec l’idée qu’elle n’aurait jamais dû naître. Un roman qu’elle a trouvé terrifiant, où ces enfants subissent un lavage de cerveau. Cela lui a fait penser à « l’embrigadement » des jeunes aujourd’hui. Elisa a parfois eu envie de secouer Anna face à sa naïveté.

Mina (14 ans) a dévoré le jour même qu’elle a emprunté « La légende des 4 » de Cassandra O’donnell aux éditions Flammarion Jeunesse. Les quatre héritiers des quatre clans ennemis yokaïs, des créatures tantôt humaines, tantôt animales (loup, tigre, serpent et aigle) vont devoir s’unir pour résoudre un crime. Mina s’est laissée emporter par ce roman fantastique haletant à l’écriture fluide. Un grand coup de cœur tout comme pour sa seconde lecture « Pour un œil de poupée » de Marina Cohen aux éditions Thierry Magnier. Hadley vient de déménager avec sa mère, son beau-père et Isaac, son fils de 6 ans, dans une vieille bâtisse bien mystérieuse. Au grenier, elle découvre une maison de poupée , la réplique exacte de la demeure dans laquelle elle vit, ainsi qu’un œil de verre qui va bouleverser son monde. « Super glauque », Mina a adoré cette ambiance terrifiante à la fin imprévisible.

Camille (14 ans) nous a fait partager son coup de cœur pour « Si c’est pour l’éternité » de Tommy Wallach aux éditions Nathan. Parker fait la rencontre de Zelda Toth, une jeune fille étrange aux cheveux argentés qui prétend être née il y a plus de 200 ans et qui veut mettre fin à sa vie. L’action se déroule rapidement. On s’imprègne bien des aspects et mystères de chacun. Une fin inattendue achève ce roman.

Sélen (14 ans) a terminé ce comité par « Riverkeep » de Martin Stewart aux éditions Milan. Wull et son père son bateliers. Ils partent repêcher les cadavres charriés sur les eaux du fleuve. Son père se fait entrainer dans les eaux, quand il réapparait, il est hagard et agressif. Wull apprend qu’une essence contenue dans un monstre marin millénaire pourrait  le guérir. Un roman bien écrit qui mêle habilement humour et aventure, et a su embarquer Sélen pour des contrées fantastiques.

 

Rendez-vous au mois de mai pour le prochain comité!

 

Bon vent Gaëlle :-)

Grand ménage de printemps à la librairie, non, non, nous n’avons pas fait la poussière, mais il y a du changement dans l’équipe jeunesse.

Elle n’aura pas eu la chance de porter sa couronne et son écharpe de « miss libraire diplômée » made in Le Grenier , mais c’est pour la bonne cause…Gaëlle, notre apprentie de deuxième année a obtenu un CDI dans une autre structure. Une très belle opportunité qui ne se présente pas tous les jours.  Elle poursuit malgré tout sa formation qui se terminera en juin (elle ne lâche rien cette petite!). Alors, oui, c’est un petit peu triste  quand nos poussins quittent le nid trop tôt, mais quand c’est pour prendre leur envol, nous en sommes heureux pour eux. Nous lui souhaitons beaucoup de réussite.

IMG_2846

 

Face à ce nouveau départ, la jeunesse se doit d’agir! Nos collègues, les libraires masqués, se croient à l’abri, mais c’est sans compter notre plan machiavélique…. niark, niark, niark….

La suite très prochainement 😉

 

L’équipe jeunesse

Titan noir

titan

  Titan Noir de Florence Aubry aux éditions du Rouergue (12€50)

 

 

C’est une belle opportunité pour Elfie : caissière au parc océanographique du Ponant.  Rapidement, elle change de poste pour s’occuper des manchots. Puis, elle devient la dresseuse officielle de cette majestueuse orque mâle Titan, sans formation ni études préalables, mais qu’importe elle est prête à apprendre le métier. Un lien particulier et de confiance semble se tisser entre elle et Titan. Du moins c’est ce qu’elle croit:

« Comme tous les autres, elle pensait qu’ils étaient amis. […] . La vérité, c’est qu’il fait semblant, Oscuro leur laisse croire ce qu’elles veulent bien croire […] »

Des pages noires, de la couleur de Titan viennent s’entremêler aux pages blanches du récit actuel. L’angoisse monte. La sombre vérité défile sous nos yeux. Avec horreur nous découvrons l’histoire de cette orque arrachée des siens  et comment elle est devenue « une orque tueuse ».

Inspiré de l’histoire vraie de Tilikum et du film documentaire choc « Blackfish », ce récit se veut percutant et on a du mal à se défaire de cette boule dans la gorge tout le long du roman (tout comme pour le reportage qui est à voir). Les mots tapent justes et le récit révèle la triste vérité et la violence terrifiante des parcs aquatiques.

A partir de 13 ans

Anne-Rozenn