Comité ados de janvier 2018

Belle année 2018 à tous. C’est reparti pour toujours plus de lectures!

IMG_3332

 

Elisa (14 ans) s’est lancée dans le très attendu « Tortues à l’infini » de John Green aux éditions Gallimard. Aza, 16 ans, est confrontée au quotidien à ses tocs. Elle voit des microbes partout  et fait des crises de panique. Suite à la disparition du père d’un ancien ami de primaire, Aza part enquêter et devra affronter ses angoisses. Elisa a été plus interpellée et fascinée par la vie d’Aza, sa maladie, ses pulsions incontrôlables que par l’enquête qui passe rapidement au second plan. Ce roman a également pris un autre écho en découvrant qu’il s’inspirait du parcours personnel de l’auteur qui lui aussi a souffert de troubles obsessionnels compulsifs.

Mattéo (14 ans)  nous a présenté « Shamanka, la magie est partout » de Jeanne Willis aux éditions Bayard. Sam vit avec sa tante et découvre un jour le carnet de son grand-père, dans lequel figure un listing de noms. Il décide de se lancer à leur recherche pour résoudre le mystère de ses origines. Malgré un début réussi, Mattéo a perdu le fil de l’histoire. Les noms des personnages de la liste étant trop similaires ont rendu la lecture confuse et le sentiment d’un roman « compliqué ».

Anne-Laure (17 ans) a été conquise par le roman historique « Révoltées »  de Carole Trébor aux éditions Rageot.  Moscou, fin de la première guerre mondiale. 2 sœurs prennent le chemin de la rébellion. Tatiana rejoint un groupe de jeunes artistes qui rêvent de balayer l’ordre établi, sa sœur Lena prend les armes avec les révolutionnaires. Hormis, une difficulté à se familiariser avec tous les termes russes, Anne-Laure a trouvé ce roman réaliste et passionnant. Une plongée dans la première guerre mondiale du point de vue russe qui l’a captivée? Un vision peu ou pas traitée dans les romans pour ados.  Anne-Laure a poursuivi par le dernier roman  de Jay Asher , »What light » aux éditions Michel Lafon.  S’attendant au même type de roman que « 13 reasons why » du même auteur, elle a été peu un peu perturbée en débutant sa lecture d’autant que la 4ème de couverture ne révélait  pas grand chose. Tous les hivers, la famille de Sierra déménage  de l’Orégon pour la Californie pour vendre des sapins. Jusqu’à ce Noël particulier, quand Sierra rencontre Caleb. Au final, une très belle romance tombant à pique dans l’ambiance de Noël.

Baptiste (17 ans) s’est aventuré dans la Grèce ancienne avec « La Nouvelle Sparte » d’Erik L’homme aux éditions Gallimard Jeunesse. Deux siècle après les grands bouleversements qui ont balayé le monde-d’avant, Nouvelle-Sparte vit en paix au bord du lac Baïkal. Valère et Alexia, seize ans, se préparent à devenir pilotes d’élite quand une série d’attentats sème le chaos dans la cité.  Baptiste a été déçu par le dernier roman d’Erik L’Homme . En cause, la création nouveau mots qui demande trop d’attention. Alors que l’histoire aurait pu être « super », ce nouveau langage a  pris le pas sur sa lecture et a fini par desservir l’intrigue, l’obligeant à revenir plusieurs fois sur ce qu’il venait de lire.

Sélen (14 ans) nous a mis l’eau à la bouche avec « Rain »  de Virginia Bergin aux éditions Bayard. Une pluie mortelle s’abat sur terre : l’humanité est menacée de disparation. Un début prometteur et addictif, Sélen nous en dira plus le mois prochain une fois qu’il l’aura terminé.

Mina (13 ans) a lu  «  la cité de l’oubli » de Sharon Cameron aux éditions Nathan. Nadia vit dans une cité où tous les 12 ans un mystérieux phénomène efface la mémoire des habitants. Seule, cette jeune fille n’oublie rien et tente de comprendre ce phénomène. Peu habituée au roman d’anticipation et manquant de repère dans le décor, Mina n’a « pas du tout accroché » à sa lecture.

Camille (13 ans)  s’est envolé pour les Etats-Unis avec  « Jusqu’ici tout va bien » de Gary D.Schmidt aux éditions de l’Ecole des Loisirs. 1968, Doug déménage dans une petite ville de l’Etat de New-York. Sa famille est au bord du gouffre :un père sans emploi et 2 grands frères meurtris par la guerre du Vietnam. Au milieu, Doug cherche sa place et se découvre une passion pour le dessin. Camille a bien aimé ce roman : passant des rapports conflictuels à  l’évolution de cet adolescent. Un roman en apparence « monotone » mais racontant beaucoup de choses jamais ennuyantes.

Diane (12 ans) appréciant la SF, avait emprunté « Exo » de Fonda Lee aux éditions Bayard. La terre a été colonisée par des extraterrestres : Les Zhrees. Donovan, 17 ans est sélectionné pour être un EXO, un soldat d’élite des Zhrees. Une intervention tourne mal, et Donovan est enlevé par Sapience, un groupe qui lutte pour l’indépendance de l’espèce humaine. Diane a apprécié cette histoire d’anticipation où l’action l’a entrainée d’une page à l’autre.  Notre jeune lectrice a également tenté de lire le roman futuriste « Sombres étoiles » de Malory Blackman aux éditions Milan, mais s’est vite rendue compte que ce roman n’était pas adapté à son âge.

 

Rendez-vous en février pour le prochain compte rendu!

 

Anne-Rozenn

 

Publicités

La noirceur des couleurs

9782211233934FS

La noirceur des couleurs de Martin Blasco

aux éditions Ecole des Loisirs, collection Médium+ (15.50 euros).

1910. Nous sommes dans les rues de Buenos Aires, qui s’apprête à fêter « el centenario » de la Révolution Argentine, à travers une exposition universelle. Les rues et les habitants sont en effervescence. C’est dans cet atmosphère que réapparaît au domicile familial, Amira, jeune fille âgée aujourd’hui de 25 ans.

La dernière fois que ses parents l’ont vu, c’était un 1885, avant que cette dernière ne se fasse kidnapper dans son berceau avec quatre autres bébés du quartier…..Après l’euphorie et la joie de retrouver leur fille, vient le temps des questions. Amira est amnésique. Elle n’a aucun souvenir sur ce qui lui ai arrivé ces 25 dernières années…. Où était-elle retenue ? Qui l’a kidnappé et pourquoi ? Pourquoi est-elle de retour, pourquoi aujourd’hui ? Que lui a-t-on fait subir durant toutes ces années ? Autant d’interrogations auxquelles va tenter de répondre Alejandro, jeune journaliste en charge de l’enquête….

Énorme coup de cœur pour ce roman aussi noir que son titre. On suit donc Alejandro qui va tenter par tous les moyens de découvrir le sens de toute cette histoire. Parallèlement, sous forme de chapitres alternés, nous découvrons le journal de bord de celui qui, en 1885, a décidé de kidnapper cinq bébés. Une immersion dans les pensées d’un « savant-fou » que rien n’arrêtera jusqu’à son objectif final ! Entre frissons, tensions , découvertes macabres et retournement de situation, impossible de rester de marbre face à « La Noirceur des couleurs ». Une intrigue extrêmement bien ficelée et diaboliquement efficace, qui vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière page !  Jusqu’où l’homme est-il capable d’aller au nom de la science ? …

A partir de 14/15 ans

 

Estelle

The sun is also a star

The sun is also a star de Nicola Yoon, aux éditions Bayard. (16.90 euros)

Résultat de recherche d'images pour "the sun is also a star"

 

Daniel, 18 ans, fils de Coréens immigrés, est destiné à entrer à Harvard et à suivre un parcours professionnel brillant et déjà tracé. Il est passionné de poésie et croit dur comme fer au destin. Il va croiser le chemin de Natasha, 17 ans, arrivée de Jamaïque il y a dix ans avec sa famille; ils sont sans-papiers, et ce soir, ils devront quitter les Etats-unis pour toujours. S’il croit au destin, elle ne croit qu’en la science. Il ne leur reste que 12 heures pour se rencontrer, apprendre à se connaître, et s’aimer.

Le compte à rebours est lancé…

 

Si je n’ai pas été totalement convaincue par le premier roman de l’auteur, à savoir « Everything Everything », j’ai tout de même décidé de lui laisser une seconde chance avec « The sun is also a star », et j’ai bien fait.

On découvre donc Daniel et Natasha, qui ne semblaient absolument pas destinés à se rencontrer. Et pourtant, une succession d’événements, qui vu de l’extérieur paraissent complètement minimes, vont les amener sur la route l’un de l’autre. Le hasard ? Peut-être…Mais si c’était le destin ? et si chaque petit élément qui constituait nos journées, nos vies, était destiné à nous amener à un endroit bien précis ? Et si chaque personne croisant notre route jouait un rôle déterminant dans nos vies ? C’est ce que vont découvrir nos deux héros. Je me suis laissée complètement emporter par leurs histoires, d’abord personnelles, puis LEUR histoire, commune. L’auteur aborde le sujet de l’immigration, des origines et des racines de façon cohérente et profonde, avec une très belle sensibilité. Et puis les petits interludes sur l’histoire de certains personnages croisés au fil du roman apportent encore plus de force, et ont finis de me convaincre.

A partir de 14 ans

Estelle